Flag fr_FR Visite de Madame la Ministre Jacqueline Gourault à l’Eurodistrict

Visite de Madame la Ministre Jacqueline Gourault à l'Eurodistrict

Au cours de son déplacement dans les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, Jacqueline Gourault, Ministre déléguée auprès du Ministre d’Etat et Ministre de l’Intérieur, s’est également rendue le vendredi 14 septembre dans l’Eurodistrict PAMINA à l’ancien douanes à Lauterbourg. Rémi Bertrand, Président de l’Eurodistrict PAMINA, et Patrice Harster, Directeur Général, ont présenté à la Ministre les enjeux de la coopération transfrontalière franco-allemande en général et dans les domaines de la santé, du marché du travail et du transport/mobilité en particulier.  Tous deux ont attiré l’attention sur l’urgence et l’actualité d’améliorer la coopération avec nos voisins dans ces domaines. Rémi Bertrand a souligné le grand effet que la suppression des frontières aurait sur la croissance économique de la région : « Si on les balaie tous d’un coup de baguette magique, c’est 8 % de croissance en plus.»

La visite était accompagnée du Préfet de la Région Grand Est, Jean-Luc Marx, de la Sous-Préfète de Haguenau-Wissembourg, Chantal Ambroise, du Président du Conseil départemental du Bas-Rhin, Frédéric Bierry et d’autres représentants politiques.  « J’ai beaucoup appris : je suis “de l’intérieur”, les sujets transfrontaliers ne sont pas mon quotidien.»

La Ministre s’est rendu dans les deux départements français situés le long du Rhin pendant trois jours pour s’informer sur place de la fusion des deux départements souhaitée par le Haut-Rhin et le Bas-Rhin. La coopération transfrontalière y joue naturellement un rôle majeur, car elle est frontalière avec l’Allemagne et la Suisse. Les représentants appellent donc à un droit à la différenciation, qui leur permettrait de supprimer les 239 obstacles à la frontières, que Rémi Bertrand avait cité, de manière locale et sans bureaucratie. A l’issue de la visite, la Ministre a précisé qu’elle avait reconnu la grande importance de la coopération transfrontalière pour la région :« Il nous faut ce droit à la différenciation parce que c’est la réponse évidente. Il faut trouver l’outil juridique qui permette aux Alsaciens de créer l’écotaxe sans obliger les Bretons à le faire. Depuis que je suis là, je me dis qu’il faut qu’on arrive à faire passer cette réforme constitutionnelle. »

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces marqueurs HTML et les attributs:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

14 − cinq =